Idée de parcours Du Tibet au Mexique

Idée de parcours de découvertes « Du Tibet au Mexique » dans les Alpes de Haute-Provence. Découverte de deux surprenantes cités, étapes du Tour de France 2008 et ville départ (Digne-les-Bains) et arrivée (Pra Loup) du Tour de France 2015 !

Refaire une étape du Tour de France 2008 et 2015 entre Digne-les-Bains et Jausiers et en profiter pour découvrir entre autres, la maison où l’exploratrice Alexandra David-Néel a posé ses pénates à son retour des différents voyages effectués au Tibet, et les surprenantes villas de villégiature construites par les émigrants revenus enrichis du Mexique au début du siècle à Barcelonnette, dans la Vallée de l’Ubaye.

Jour 1 : Digne-les-Bains

Visite de la Maison d’Alexandra David-Néel

Née en 1868, infatigable voyageuse, elle fut la première femme occidentale à entrer au Tibet. Cela la marquera à jamais. Elle y suivra les enseignements des moines bouddhistes et va narrer ses aventures dans des livres comme « Voyage d’une Parisienne à Lhassa, à pied et en mendiant de la Chine à l’Inde à travers le Tibet » qui fut publié en 1927 et est toujours réédité. En 1928, elle tombe sous le charme des Alpes de Haute-Provence qui lui rappellent l’Himalaya. Elle fait construire une maison à Digne-les-Bains qu’elle nommera Samten-Dzong, « forteresse de la méditation ». Le quatorzième Dalaï-lama lui rendra visite deux fois afin de la remercier d’avoir fait connaître le Tibet aux Occidentaux. Elle meurt à plus de cent ans et fait don de sa maison à la ville de Digne-les-Bains. Cela aurait pu être un cadeau empoisonné et un gouffre financier, il n’en est rien. La maison se visite sous la houlette de l’ancienne secrétaire d’Alexandra, et des moines tibétains viennent y réaliser des cérémonies et donner des enseignements.
Une visite qui intéressera ceux qui aiment le Tibet, la philosophie bouddhiste ou tous ceux que les récits d’Alexandra David-Néel ravissent.
Maison d’Alexandra David Néel – www.alexandra-david-neel.com

Visite du Musée-Promenade du Géoparc de Haute-Provence

Nichée au cœur de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, dans les Alpes de Haute-Provence, le territoire du Géoparc de Haute-Provence est riche de la présence d’une « mémoire de la terre » qui invite à un voyage à travers le temps à la découverte des derniers 300 millions d’années d’ histoire  de notre planète. Un voyage qui loin de se limiter à la recherche de nos origines permet de porter un regard neuf sur les paysages d’aujourd’hui. Cette lente transformation des visages du passé de la terre se rencontre à travers la lecture de sites remarquables : dalle à ammonites, ichthyosaures, site à empreintes de pattes d’oiseaux etc. Sites strictement protégés  et gérés par la Réserve Naturelle Géologique de Haute-Provence, partenaire du Géoparc.
Un grand parc boisé aménagé est traversé de sentiers thématiques qui conduisent doucement aux salles d’exposition où l’on découvre le passé de notre planète. Très pédagogique, c’est un lieu idéal à visiter en famille.
Des ruisseaux et des cascades jalonnent les sentiers ponctués d’œuvres d’art contemporain.
A l’intérieur du musée, on découvre une superbe collection d’ammonites déroulées, habitants des mers il y a une centaine de millions d’années. Une dizaine d’aquariums tropicaux et méditerranéens présentent en parallèle l’espèce vivante et l’ancêtre fossile.
Géoparc de Haute-Provencewww.museepromenade.com

Hébergements, restauration sur Digne-les-Bains

Office du Tourisme de Digne-les-Bains – www.ot-dignelesbains.fr

Jour 2 : Digne-les-Bains

Visite du Musée Gassendi

Issu d’une large restructuration, le musée départemental de Digne (rebaptisé musée Gassendi, du nom du célèbre humaniste, philosophe, mathématicien et astronome) propose au public une nouvelle lecture des collections qu’il abrite. Depuis la restructuration, il a été décidé d’intensifier la mise en place d’une collection d’art contemporain en relation avec la double vocation du musée. La cohésion muséographique est plus recherchée par la cohabitation « non conventionnelle » des œuvres et disciplines que par un classement par genre ou par chronologie.
Musée Gassendiwww.musee-gassendi.org

Randonnée vers le refuge d’art d’Andy Goldsworthy « Le Vieil Esclangon »

« Refuges d’art » est un itinéraire pédestre de 150 km voulu par Andy Goldsworthy, dans la partie nord du territoire de la Réserve Naturelle Nationale Géologique de Haute-Provence .
Ce trajet emprunte d’anciens chemins à travers les paysages superbes des montagnes alpines et retrouve la trace de villages, chapelles et fermes abandonnées. Andy Goldsworthy a choisi certains de ces bâtiments, le long du chemin, pour qu’ils soient reconstruits afin d’abriter les randonneurs. Il imagine alors une œuvre spécifique pour chaque lieu, œuvre qui devient partie intégrante de la rénovation du bâtiment (dénivelée : 250 m sur 2 km d’ascension).
Refuges d’arthttp://www.refugedart.fr/

– Rejoindre Jausiers, en passant par la vallée de la Blanche, sur le parcours du Tour de France.

Hébergements, restauration sur Jausiers

Office du Tourisme de Jausiers –  www.jausiers.com

Jour 3 : Jausiers et la Vallée de l’Ubaye

Visite de la Maison de Produits de Pays à Jausiers

Plus d’une cinquantaine d’artisans et producteurs issus de la vallée de l’Ubaye se sont fédérés en une maison de pays, faisant ainsi valoir la richesse de leur artisanat et de leur savoir-faire.
Maison de Produits de Pays à Jausiers – www.produitsdepays.fr

Randonnée sur les chemins de l’Ubaye

Randonnée au cœur des paysages de la Haute Vallée de l’Ubaye à la découverte de l’ethnographie, de la faune et la flore. Dans le vallon du Parpaillon ou à Saint-Ours, les coutumes de l’Homme ont laissé leur empreinte sur le paysage et sur la nature. Les forteresses d’altitude de Tournoux, Roche-la-Croix et Saint-Ours-Haut situées alentour seront également l’occasion d’aborder l’histoire militaire stratégique de la vallée de l’Ubaye, vallée frontalière.
Vallée de l’Ubaye – www.ubaye.com

Visite du musée de la vallée à Barcelonnette :

L’émigration au Mexique ou l’histoire des racines anciennes avec comme principal témoin des villas bourgeoises et cossues, les villas dites « mexicaines » :
Entre le début du XIXème siècle et 1950, la vallée de l’Ubaye voit plus de 2 500 de ses habitants émigrer au Mexique. Certains y amasseront de grandes fortunes dans le domaine du textile ou des finances. De retour au pays, ils feront construire de superbes villas. Pour leurs propriétaires, ces demeures cossues devaient afficher la réussite sociale ; elles sont pour la plupart d’inspiration à la fois italienne, baroque et tyrolienne. Etalée sur un demi-siècle ( de 1880 à 1930), la construction des villas de Barcelonnette et Jausiers regroupe une soixantaine d’édifices.
Alexandre Reynaud, père de Paul Reynaud, homme d’état français (1878-1966), construit parmi les premiers une élégante villa dont les proportions et la parfaite symétrie rappellent celles des grandes demeures bourgeoises classiques du centre historique de Barcelonnette. Aujourd’hui transformée en musée (musée de la Vallée), la villa, baptisée la Sapinière conserve une partie du mobilier de l’époque et expose l’histoire de l’émigration.
Musée de la vallée à Barcelonnette – http://www.barcelonnette.com

Hébergements, restauration sur Barcelonnette.

Office du Tourisme de Barcelonnette – www.barcelonnette.com