Vauban

Vauban

En 2007, cela a fait trois cent ans que Vauban, le génial bâtisseur de Louis XIV, a disparu.

Vauban est à l’origine d’un grand nombre de sites fortifiés, élaborés pour s’adapter aux contraintes de la guerre en montagne et contrôler des secteurs névralgiques du territoire, notamment les routes et les cols.

Parmi les villages fortifiés situés dans les Alpes de Haute-Provence, Colmars-les-Alpes, cité historique de caractère, illustre les différents styles de fortifications.

Colmars-les-Alpes, bataille d’architectes

Aux confins du Haut-Verdon, Colmars subit en 1 690 les attaques piémontaises. Il faut donc renforcer la place, déjà fortifiée par François Ier. C’est Niquet, ingénieur général des fortifications, qui s’y colle et met au point le plan de la ville. Mais Vauban rode, dépêché par Louis XIV ! Et étoffe le projet initial. Au final, Colmars est aujourd’hui un exceptionnel modèle du genre, avec sa vieille ville close de remparts aux tours pentagonales encadrée de deux forts puissants, celui de France et celui de Savoie. Village classé « Villages et cités de caractère ».

  • Visite du fort de Savoie : de septembre à juin, uniquement sur réservation, pour les groupes. En été, visite tous les après-midi de 14h30 à 19h, non guidée.
  • Visite commentée de Colmars-les-Alpes : visite « Architecture militaire » : découverte du fort de Savoie, des extérieurs du fort de France, des remparts et des deux portes. Uniquement juillet et août, le lundi et le samedi à 10h (rdv office de tourisme).
  • Visite « La vie quotidienne » : découverte du village, histoire et organisation, habitat, économie, religion, traditions populaires. Uniquement juillet et août, le mercredi à 10h (rdv office de tourisme).
  • Visite de la Maison-Musée intra-muros : une maison bourgeoise du XVIIème siècle a été transformée en musée, et témoigne de la vie quotidienne d’autrefois dans le Haut-Verdon. Visites de groupes commentées sur RDV

Office du tourisme de Colmars-les-Alpes : www.colmarslesalpes-verdontourisme.com

Entrevaux, le défi harmonieux

Cette place forte entre Nice et Digne-les-Bains est un bijou. Quels audace et sens artistique a-t-il fallu à Vauban pour transformer ce verrou en chef d’œuvre esthétique ! Entrevaux, c’est d’abord un magnifique village médiéval dans un méandre du Var, auquel on accède par un pont-levis fortifié. C’est aussi une citadelle du vertige, perchée 155 m au-dessus de la ville que l’on atteint par une rampe fortifiée et une vingtaine de portes bastionnées. Il faut voir Entrevaux !

Village classé « Villages et cités de caractère ».
Visite de la citadelle toute l’année.

Bureau d’accueil du tourisme d’Entrevaux – www.tourisme-entrevaux.fr

Sisteron, la citadelle de la vallée de la Durance

Située à la jonction des anciennes provinces du Dauphiné et de Provence, Sisteron fut souvent convoitée et dès lors fortifiée ! S’appuyant sur un donjon du XIIème siècle et de remparts du XIVème siècle, l’incontournable Vauban débarque en 1 692 et projette une série d’ouvrages. Rehaussement des courtines de la forteresse, renforcement des portes d’accès, poudrière, finalement seul cet édifice sera réalisé. Aux XVIIIème et XIXème siècle, à chaque modernisation de la ville, on évoquera Vauban, en reprenant ses projets.

Visite de la citadelle : de début avril à mi-novembre, de 9h à 19h (18h en avril, mai et octobre ; 19h30 en juillet et en août).

Office du tourisme de Sisteron – www.sisteron-tourisme.fr

Seyne-les-Alpes, cité frontière

Ancienne frontière nord de la Provence, dominant la vallée de la Blanche, Seyne bénéficia aussi des conseils stratégiques de Vauban. À sa demande, la ville fut équipée à partir de 1 693 d’une grande tour de guet et de tours bastionnées, tandis que ses remparts étaient consolidés. Des ouvrages peut-être moins spectaculaires qu’en d’autres lieux mais qui confèrent un charme rude à ce bourg.
Village classé « Villages et cités de caractère ».

  • Visite guidée de la citadelle : 1 à 3 fois par semaine (voir office de tourisme).
  • Un séjour en Haute Provence de Vauban à aujourd’hui (3 jours 2 nuits)

Office du tourisme de Seyne-les-Alpes – www.blanche-serre-poncon.com

Saint-Vincent-les-Forts, un fort à la porte de la vallée de l’Ubaye

L’ingénieur Vauban vient inspecter la place de Saint-Vincent par deux fois. La première, en 1 692, il prévoit la construction d’une «redoute à mâchicoulis». Vauban revient en 1 700 et élabore un second projet. En 1 722, on constate que seules trois échauguettes ont été réalisées et que des embrasures ont été modifiées. Durant les XVIIIème et XIXème siècles, rien n’est fait à Saint-Vincent. A partir de 1 873, dans le cadre de la refonte générale du système de défense des frontières, Saint-Vincent fait l’objet d’une extension, probablement à titre de place arrière du verrou de Tournoux. De 1 879 à 1 887, le site est transformé en une sorte de «place à forts détachés».

Actuellement le Fort Vauban porte le nom de Fort Joubert.
Quant à la Caserne Chaudon au pied du fort et la redoute du même nom à quelques centaines de mètres en arrière et actuellement surmontée d’un chalet, elles ne furent construites que bien plus tard vers 1 880.
Le fort ne se visite pas (propriété privée), mais le petit village de Saint-Vincent-les-Forts, perché comme un nid d’aigle, vaut le déplacement pour son point de vue à couper le souffle sur le lac de Serre-Ponçon.

Communautés de Communes de la Vallée de l’Ubaye – www.ubaye.com

Mot(s) clé(s) associé(s):