Lurs

Lurs

Perché en balcon au-dessus de la vallée de la Durance, le village jaillit d’une cascade d’oliviers, une des cinq plus belles oliveraies de Provence. Lurs s’étire en éperon entre le château au nord et le séminaire au sud.

Les historiens s’accordent à attribuer à Charlemagne la fondation de Lurs. Au début du IXème siècle, l’empereur plaça les lieux sous la tutelle des évêques de Sisteron, lesquels y construisirent leurs résidences d’été. Ce bâtiment rectangulaire, massif, résulte de plusieurs campagnes de construction. Sur sa gauche, des pans de murs en moellons de calcaire et la base d’une tour datent du Moyen-Âge. De là, part la promenade des évêques, allée bordée de quinze oratoires, qui mène à la chapelle Notre-Dame de Vie.

D’autres bâtiments à vocation religieuse subsistent aujourd’hui dont le Séminaire et le Prieuré Saint Charles Boromée. L’église, attestée dès le IXème siècle, a été maintes fois remise au goût du jour et agrandie pour s’adapter à l’évolution démographique. Son portail monumental est assorti d’une porte ouvragée et son clocher à peigne accueille 3 cloches. La tour de l’horloge, couronnée d’un campanile en fer forgé, enjambe la ruelle qui commande l’accès au vieux village. Des linteaux de portes et des encorbellements monolithiques, des fenêtres à meneaux sont autant d’éléments d’architecture ancienne à découvrir.

Dans les années 1 960, un théâtre de plein air a été construit sur des ruines pour accueillir des manifestations culturelles qu’organisaient les « Rencontres de Lure ». Cette association, née de la rencontre des professionnels de l’imprimerie (typographes, imprimeurs, créateurs de caractères, etc.) se réunit annuellement depuis 1952 à Lurs et organise des colloques sur les différentes facettes des ces métiers. Le « Chemin des écritures », qui vient de voir le jour, permet d’aborder d’une façon à la fois ludique et didactique l’évolution de la graphie. Devenu communal, cet amphithéâtre est le siège de diverses manifestations estivales.

Le patrimoine bâti domestique, sauvé des ruines depuis quelques décennies, dénote une restauration de bon goût qui a valu au village d’être inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques.

Ecusson de LursUne petite route rejoint le plateau de Ganagobie, enjambant un pont romain, vestige de la Voie Domitienne qui reliait Briançon à Arles en longeant la Durance. Au sud, la chapelle de Notre Dame des Anges se dresse sur les ruines d’Alaunium, station romaine bordant cette même voie, et jouxte les restes d’un aqueduc. Ces ouvrages demeurent des témoins tangibles de l’impact de la romanisation qui a fortement marqué ces hautes terres de Provence.

Curiosités architecturales et naturelles

  • Vieux village ;
  • LursAmphithéâtre ;
  • Tour de l’horloge ;
  • Église paroissiale ;
  • Chapelles de Notre-Dame des Anges, de Saint-Michel, de Notre-Dame de Vie et de Notre-Dame du Plan ;
  • Promenade des évêques ;
  • Pont romain ;
  • Chemin des écritures ;
  • Panorama sur le Val de Durance.

Manifestations

  • Fête votive le dernier dimanche de juillet ;
  • Pèlerinages à Notre-Dame-des-Anges le lundi de Pentecôte e tle 2 août ;
  • « Rencontres internationales de Lure » (arts graphiques, calligraphie, typographie, etc.) dernière semaine d’août ;
  • Les « olivades » en mars ;
  • Exposition des œuvres du FRAC (Fonds régional d’art contemporains) pendant tout le mois de mai.

Contacts Lurs

Office du tourisme intercommunal de Lurs
Tél. : 04 92 79 10 20 — Fax : 04 92 75 26 76
E-mail : oti@forcalquier.com
Site internet : www.haute-provence-tourisme.com

Mairie de Lurs
Tél. : 04 92 79 95 24 – Fax : 04 92 79 10 67
E-mail : mairie-de-lurs@wanadoo.fr